Journée de grève féministe pour l’égalité et la dignité !

Journée de grève féministe pour l’égalité et la dignité ! – Touche pas à nos retraites, à nos corps et à nos efforts !

Aujourd’hui, les femmes* de toute la Suisse se battent à nouveau pour leurs droits et leur dignité. La grève historique des femmes/grève féministe de 2019 a marqué la Suisse et reste d’actualité.  En effet, même si elle a réussi à largement attirer l’attention sur les méfaits du patriarcat et du capitalisme, seule une lutte déterminée et cohérente contre le sexisme et les stéréotypes idéologiques peut entraîner des changements sociaux et sociétaux.  

L’oppression économique des femmes* – travail précaire et invisible, exploitation et inégalité salariale – s’accompagne de harcèlement et de violence sous toutes ses formes et de désavantages sociaux. La Suisse n’est pas un modèle pour les droits ou la protection des femmes*.

Des salaires plus bas, le temps partiel et le travail non rémunéré conduisent à une situation scandaleusement mauvaise pour les femmes* à la retraite. Ainsi, les femmes* continuent de recevoir une retraite inférieure d’un tiers à celle des hommes*. La réforme actuelle AVS 21 a pour conséquence que chaque femme* perdra 1200 francs par an de rente. La pauvreté des femmes* à la retraite est réelle. C’est pourquoi le PST-POP, surtout en cette période où l’inflation à venir touchera la classe ouvrière et plus particulièrement les travailleuses, met également l’accent sur le référendum contre la réforme AVS 21 et continue de revendiquer :

  • L’égalité salariale, qui inclut le droit à une retraite décente, et le partage des tâches domestiques, éducatives et de soins.
  • Pas d’augmentation de l’âge de la retraite des femmes.
  • La mise en œuvre de la Convention internationale d’Istanbul, qui définit et reconnaît la violence envers les femmes comme une violation des droits humains.
  • La protection contre la violence sexiste.
  • Le droit de chaque être humain de disposer de son corps, qui garantit notamment l’accès à la contraception ainsi que l’interruption de grossesse.
  • La suppression de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour les produits d’hygiène féminine, aujourd’hui taxés comme des produits qui ne sont pas considérés de première nécessité.
  • La mise en place de campagnes de prévention contre toute forme de violence envers les femmes.

Et nous ne nous arrêtons pas …

jusqu’à ce que toutes les inégalités entre les sexes soient un vestige du passé capitaliste !